Portrait d’Israëlle – La belle histoire d’une apprentie devenue développeuse en CDI

Du centre de formation de basket de haut niveau, en passant par la musique et le développement informatique, Israëlle est une femme qui a plus d’une corde à sa guitare. Arrivée dans nos équipes en 2018 en tant qu’alternante développeuse web et mobile à l’EPSI de Nantes, elle nous fait le plaisir de revenir sur son parcours chez A5sys et en dehors. Toujours positive, elle en a profité pour nous glisser quelques conseils 😉 Belle découverte !

 

Peux-tu te présenter et présenter ton activité chez A5sys ?

Je suis arrivée en France à l’âge de 14 ans pour intégrer le centre de formation de Basket de Nice, où j’ai évolué pendant mon collège et lycée. Après mon Bac scientifique, je me suis dirigée vers l’informatique. À la suite de diverses circonstances, j’ai atterri à Nantes pour continuer mes études en informatique et la pratique de mon sport. J’ai commencé par un BTS, et je voulais poursuivre avec une année d’alternance.

J’ai connu A5sys via un « Speed Dating » Etudiants/Recruteurs organisé par l’EPSI. C’est à ce moment que j’ai rencontré Marine, notre DRH et François, ancien étudiant en alternance, qui est mon actuel chef de projet. Ayant eu une expérience chez un concurrent, je recherchais une entreprise à taille humaine, ayant des valeurs qui me correspondent, et des missions me permettant de monter en compétences. Bingo ! A5sys rassemblait à ce moment et encore aujourd’hui tous ces critères.

Pour commencer, je travaillais sur des projets internes, donc le client est A5sys. C’est rassurant quand on est encore alternant. On n’est pas tout de suite parachuté sur des projets clients qui pourraient nous impressionner. Cela se fait étape par étape. Yann, mon manager et tuteur d’entreprise, a vraiment été à l’écoute pendant cette année de transition. Nous avions des points projet réguliers.

Ce que je retiens surtout, à l’image d’un sport collectif comme le basket, chez A5sys je fais partie d’une équipe. On se soutient pour progresser. Par exemple, pour la soutenance de fin d’étude, j’ai demandé à plusieurs personnes d’assister à des oraux blancs afin de me préparer avant de faire face au jury. Tous ont accepté avec plaisir ! Cela m’a vraiment permis d’être sûre de moi le jour-j.

Pendant cette période, j’ai pu découvrir et me former à plusieurs technologies Java, PHP, Symfony…, ce qui m’a permis de savoir ce que je préfère dans l’informatique. C’est un très bon exercice.

Depuis, j’ai fait du chemin et je travaille actuellement pour trois projets clients en simultané sur la partie Apps d’A5sys. Les projets sont variés avec les technologies Angular et Symfony.

 

Qu’est-ce que le métier de développeuse ?

Vous l’aurez compris, je suis développeuse web et mobile. Je code des programmes pour développer des solutions informatiques pour nos clients. Dans une équipe de 3 à 4 personnes, nous répondons à des problématiques métiers de nos clients. Nos propositions sont faites à partir de ligne de code.

Actuellement, je suis Full-stack, chez A5sys. J’aime autant travailler sur des projets Apps en back-end que front-end. Cela me permet d’être touche-à-tout et de ne pas perdre la main sur l’une ou l’autre techno.

 

Comment as-tu vécu le premier confinement ?

Franchement, je n’étais pas du tout préparée. Mais qui l’était ? J’avais un très mauvais réseau internet. Les équipes étaient informées de ma situation, et elles ont été hyper compréhensives. Aussi, j’ai eu la chance de rester active et de poursuivre tous les projets apps de nos clients !

Actuellement, ce deuxième confinement se déroule plus sereinement. Heureusement, j’ai enfin la fibre, donc plus de problème de chargement de page. Le bonheur !! (Rire) Nous avons également la possibilité de revenir au Yel’O. Ça me permet de garder du lien avec les équipes. 😊

 

Qu’est-ce qui te motive au quotidien dans ton travail ?

Tellement de choses ! (rire)

Ce que j’adore vraiment dans mon métier de développeuse, et plus particulièrement chez A5sys, c’est la multiplicité des projets. Je n’ai jamais de journée vraiment type. La routine je ne connais pas et tant mieux ! Je travaille actuellement sur 3 projets, ce qui est assez. Il y a quelque temps, j’ai été affectée à quatre projets, mais c’était trop. Mon manager et moi en avons discuté, et nous avons convenu de réduire le nombre de projets auxquels j’étais affectée. Les solutions se trouvent en échangeant.

 

As-tu un conseil à nous donner ?

Faites-vous confiance ! Cela paraît logique, mais combien d’entre nous n’ont pas confiance en eux ? Beaucoup trop à mon avis ! Testez-vous, n’ayez pas peur de demander des conseils et de donner votre avis. C’est grâce à ces actions que vous progresserez. Chez A5sys, nous avons cette chance, qui devrait être la norme, d’être écouté et entendu par nos managers. Ils tiennent vraiment compte de nos discussions et entretiens. Je n’ai pour le moment jamais connu cela dans une autre entreprise.

Si je peux faire le parallèle avec le basket, je dis toujours aux joueuses de mon équipe de ne jamais baisser la tête. Chaque faiblesse et échec sont des opportunités de s’améliorer. Si tu ne sors pas de ta zone de confort alors tu ne fais pas tout pour progresser. C’est aussi une valeur que portent Arnaud et Patrice, ce qui est encourageant pour des jeunes diplômés, et même expérimentés.

 

Dans une autre vie, qu’aimerais-tu faire ?

Si je n’avais pas travaillé dans l’informatique, j’aurais adoré vivre de ma passion : la musique ! C’est un peu déjà mon deuxième métier, car j’ai créé mon association, Bambou Kréyol à Nantes en octobre 2018. J’ai voulu apporter avec moi une partie de la Martinique via les percussions. Dans ce cadre, nous proposons des cours de percussions et de danses à la maison de quartier des Dervallières. En plus des prestations, festivals et de l’aspect social de Bambou Kréyol, nous avons envie de participer au partage de culture via la musique.

J’adorai jouer d’un autre instrument comme la guitare. Grâce à la Place du Marché d’A5sys, où nous pouvons proposer des initiatives RSE et des actions internes, des cours de guitares vont être organisés. J’ai vraiment hâte de commencer !!

 

Quels comptes nous conseilles-tu de suivre sur les réseaux sociaux ?

C’est mon moment publicité, c’est ça ?! (Rire)

Bien-sûr je vais vous proposer de suivre les clubs auxquels je suis membre. Pour commencer, mon club de basket, le BCSP Rezé, quand nous pourrons rejouer et accueillir du public, c’est avec grand plaisir que nous vous compterons dans les gradins 😉.

Si vous aimez la musique rythmée qui donne envie de danser, abonnez-vous à notre page Facebook Bambou Kréyol. J’ai créé cette association de musique traditionnelle des Antilles avec des amis de Nantes. Nous espérons reprendre les prestations en 2021, mais il nous faut encore attendre pour cela.

Et pour finir, je vous invite à suivre la page Facebook Fouté Difé qui signifie Mettre le feuuuuuuuu en français. C’est une association antillaise de carnaval à laquelle j’adhère depuis 4 ans.

 

La playlist d’Israëlle

Pour avoir la pèche Comme si 

Pour se concentrer Truc de fou 

Et la chanson pleine de douceur Mon amour

Bref vous l’aurez compris je suis fan d’E.sy Kennenga !!

 

Merci Israëlle ! ️💻️🏀🎵

Candidature spontanée